Photo by Eric Nopanen on Unsplash

Photo by Eric Nopanen on Unsplash 

Hold up de la banque du Sud, un mort du côté des assaillants

Ça a commencé dans la cours d’école, une histoire de petits soldats.

– Je peux jouer avec toi ?

–  Si tu veux mais je prends les américains.

Nous sommes devenu copain sur cette phrase.

Nous avons enchaîné avec les playmobils, plutôt les pirates que la police. Il y a eu les classes vertes, puis les premiers coups de poing. En grandissant les caractères se sont affirmés, pour l’un la colère, pour l’autre la fidélité.

C’est le jeu qui nous a tenu ensemble, le tarot et le poker aussi pendant nos nuits étudiantes. Puis, la cigarette, les joints et la bière. On a continué à grandir, marié chacun de notre côté, toujours joueurs. J’ai arrêté de fumer, il a pris du poids.

Ça a craqué d’un coup sec comme une vertèbre. La cinquantaine, des tensions partout :les enfants, les parents, le boulot, et les dettes de jeux qui s’accumulent.

On a fait sauter la banque à coup de revolver pour se refaire. Il est mort abattu par les forces de l’ordre. Je ne l’ai pas vraiment dénoncé mais j’avais trop de dettes pour ne pas préférer jouer avec la police dorénavant.

Thibaux